Cul de Chouette - Le Forum Libre Index du Forum
Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion  S’enregistrerS’enregistrer 



 Tout Kaamelott chez notre partenaire ! 
Le pantin rouge

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Cul de Chouette - Le Forum Libre Index du Forum -> Sloubi ! -> Vos écrits
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Seigneur Revan
Vassal
Vassal

Hors ligne

Inscrit le: 21 Fév 2010
Messages: 171
Localisation: A la recherche du Graal
Masculin

MessagePosté le: Lun 22 Fév - 15:25 (2010)    Sujet du message: Le pantin rouge Répondre en citant

J'ai écrit ce récit il y a quelques mois, alors sous l'emprise d'un élan d'inspiration mélancolique...
Par contre ce texte n'est en aucun rapport avec Kaamelott... j'espère que je l'ai posté au bon endroit et qu'il vous plaira quand même.

Les flocons de neige tombaient drus et le froid de cette nuit d’hiver glaçait le sang des passants, pourtant en liesse dans la préparation de Noël. Les rues étaient illuminées et les flammèches décoratives dansaient sous le rythme des musiques.
Pour Benoît, Noël signifiait solitude. Ses amis étaient mariés, eux, et avaient une famille à ravir. Il ne voulait pas aller chez eux, ni les inviter chez lui. Malgré son isolement, il voulais, cette année, ranger sa maison. En effet, cela faisait depuis dix ans, depuis la mort de sa mère, qu’un classement sérieux n’avait pas été fait. Mais ce qui importait le plus, c’était de ranger le grenier, véritable bric-à-brac, qu’il n’avait pas visité depuis près de douze ans.
En déplaçant l’un des vieux cartons, Benoît entendit un bruit derrière lui. Apparemment quelque chose venait de tomber sur le sol. En se retournant, il vit un petit objet rouge un peu délavé. Il posa le carton qu’il portait et le ramassa. En le regardant de plus près, il le reconnut : C’était une relique de son passé : Un Pinocchio rouge sur un socle de même teinte. Là, son enfance lui serra la gorge. Il revit, au delà de l’espace et du temps, dans la même pièce, bien des années auparavant, un homme mûr, d’apparence massive mais rassurante. Ses cheveux gris en bataille, sa chemise blanche et son pantalon beige trahit son identité : C’était son père. Il était assis sur le côté d’un petit lit et jouait un air à la flûte de bois. La mélodie lui revint également. Une main de plus sur sa gorge déjà nouée. L’air était doux, rassurant et chaud. Il se souvint que c’était la musique d’un vieux programme télé pour les enfants : Bonne nuit les petits. Au creux du petit lit, si près de l’homme, recroquevillé, dormait paisiblement un tout jeune enfant. Tenant un pan de son pyjama au bout de son pouce dans sa bouche, roulé en boule, l’enfant rêvait déjà, à la chaleur de son père. De son autre main, il serrait le même pantin de bois rouge qu’il tenait dans la main à cet instant. Les larmes coulaient à flot sur son visage, tendu par le chagrin et les regrets. Joignant les mains pour tenir l’objet tout en le contemplant, quelques larmes vinrent tomber sur le jouet. Il était à la fois triste de ce temps qui ne reviendrait jamais, et content de l’avoir un jour vécu. Son père…qui lui avait tellement appris, tellement aimé et choyé… En tenant l’objet, il lui semblait sentir encore cette même chaleur de réconfort et d’amour. Maintenant de stature imposante, il désirait tellement redevenir petit quelques instants et revivre cela…une dernière fois. Connaître la paix, la chaleur humaine au son cristallin et céleste de la flûte. D’autres souvenirs, plus confus, se bousculaient. Il voyait sous forme de flashs des extraits de dessin-animé passés, la tête accoudée aux genoux de son père, les visites des musées, les promenades en forêt… tout ce qui était tellement beau…Tout ce qu’il ne revivrait jamais.
Il y pensa soudainement : Si le jouet était là, pourquoi la flûte, elle, n’y serait pas ? Il chercha quelques minutes avant de la trouver. L’instrument avait vieilli, mais il était encore en bon état. L’espace d’un instant il crut entendre la mélodie que jouait son père, comme si l’instrument voulait lui aussi revivre cette époque. Benoît voulait serrer l’objet contre lui et le bercer comme un enfant, comme un trésor immensément précieux. Il porta cependant l’instrument à ses lèvres et y souffla. Il ne savait pas par quel miracle, mais il parvint du premier coup à restituer la musique. Il sentait que la maison, les meubles, les murs, la flûte et lui-même revivaient, comme si ce son mélodieux les ramenait à la vie véritable.
L’émotion le gagna vivement. Il pleurait à chaudes larmes. Il sentait cette émotion comme libératrice, ce déchirement de cœur lui faisait du bien. Il sentit le besoin d’aller plus loin. Dans les cartons il retrouva également d’autres reliques de la même époque : les vieilles VHS et le magnétoscope. Il brancha l’appareil obsolète et y introduisit le film qui depuis toujours le faisait pleurer : Bambi. Rien qu’à entendre la musique d’introduction, il sentait la présence chaude et agréable de son cher papa. Il était secoué de spasmes de chagrin et de bonheur en même temps. Il s’allongea sur son canapé, comme autrefois, recroquevillé en fœtus. En levant les yeux, il lui sembla voir le sourire de son père, veillant sur lui.

Le lendemain, son collègue et ami, avec qui il avait rendez-vous entra dans la maison. Il n’y trouva personne à première vue, mais dans le salon il vit un spectacle qu’il n’oubliera jamais : Sur le canapé, en position fœtale, le corps inanimé de son ami gisait, un sourire attendri aux lèvres, les yeux nimbés de larmes et les joues encore humides. Au pied du canapé, jouait un enfant, illuminé de bonheur. Il tenait d’une main une flûte et de l’autre un petit pantin rouge. Le Pinocchio en tenue rouge souriait, heureux d’avoir enfin retrouvé son maître.

Quand enfin l’enfant remarqua l’étranger, ce dernier s’en allait en refermant la porte derrière lui. L’enfant se rua dans les bras de son père qui le serra fort pour le rassurer.. Le père s’assit dans son fauteuil, prit son fils sur ses genoux. Après l’étreinte, le jeune garçon tendit la flûte à son père qui, en souriant chaleureusement à son fils, la porta à ses lèvres et joua l’air qu’il aimait tant. Le père fut ravi d’en jouer une nouvelle fois depuis tant d’années, et le jeune garçon, rassuré et heureux, s’endormit, roulé en boule contre son père.
   

_________________

La fleur fille du poète, les mecs à cramer, les oiseaux qui gueulent chantent... le printemps est là.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Publicité






MessagePosté le: Lun 22 Fév - 15:25 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Clément
Fondateur
Fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2009
Messages: 1 338
Localisation: Grenoble
Masculin

MessagePosté le: Lun 22 Fév - 18:01 (2010)    Sujet du message: Le pantin rouge Répondre en citant

Et un type bourré de talent, et un !

Tu as une écriture très fluide et vraiment agréable. J'avoue que le côté nostalgie marche bien et fou un beau petit cafard .

Par contre je pense que la fin m'a échappée... Moi j'ai compris que dans la nuit l'homme était redevenu enfant et était mort dans son corps d'adulte mais comment son ami devient-il son père et où passe son corps inerte ?

En tout cas merci de nous faire partager tes écrits ! Si tu en as d'autre n'hésite surtout pas ! Et oui bien sûr c'est la bonne rubrique
_________________

« Où sont le cheval et le cavalier ? Où est le cor qui sonnait ? Ils sont passés comme la pluie sur les montagnes, comme un vent dans les prairies. Les jours sont descendus à l’Ouest, derrière les collines... Dans l’ombre. Comment en est-on arrivé là ? »
Théoden, Les Deux Tours
Revenir en haut
MSN
Seigneur Revan
Vassal
Vassal

Hors ligne

Inscrit le: 21 Fév 2010
Messages: 171
Localisation: A la recherche du Graal
Masculin

MessagePosté le: Lun 22 Fév - 18:07 (2010)    Sujet du message: Le pantin rouge Répondre en citant

Merci pour le compliment
En fait j'adore écrire... mais j'avoue que j'ai des milliards d'idées à la minute et je commence des tas de choses sans jamais les finir. Le seul genre avec lequel je peux facilement faire beaucoup tout en finissant est la poésie... j'en mettrais deux trois si vous voulez.
J'adore écrire... mais c'est vrai qu'en dehors de mon foisonnement d'idées, mon problème c'est ma peur viscérale que le lecteur ne s'intéresse pas à ce que je raconte et qu'il trouve mon style lourd. Ça me ralentit souvent dans mon inspiration où je doute beaucoup...

En ce qui concerne la fin...
Tout est affaire d'imagination, de rêve et de souvenirs mêlés. Tu as bien interprété la mort de l'adulte pour le retour à l'enfant mais c'est une véritable mort, physique. Et c'est sous une forme parallèle, "spirituelle" que la suite se passe. Le héros voit à nouveau son père, qui l'attendait, et ils se retrouvent...

_________________

La fleur fille du poète, les mecs à cramer, les oiseaux qui gueulent chantent... le printemps est là.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Clément
Fondateur
Fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2009
Messages: 1 338
Localisation: Grenoble
Masculin

MessagePosté le: Lun 22 Fév - 18:13 (2010)    Sujet du message: Le pantin rouge Répondre en citant

Ah oui d'accord ! Je cherchais une sorte de compromis fantastico-plausible .

J'ai le même problême que toi, les idées ne me manquent pas mais le temps et le courage souvent...
Je suis toujours sur mon roman depuis des années alors c'est dire .

Moi j'attends les poèmes !
_________________

« Où sont le cheval et le cavalier ? Où est le cor qui sonnait ? Ils sont passés comme la pluie sur les montagnes, comme un vent dans les prairies. Les jours sont descendus à l’Ouest, derrière les collines... Dans l’ombre. Comment en est-on arrivé là ? »
Théoden, Les Deux Tours
Revenir en haut
MSN
Seigneur Revan
Vassal
Vassal

Hors ligne

Inscrit le: 21 Fév 2010
Messages: 171
Localisation: A la recherche du Graal
Masculin

MessagePosté le: Lun 22 Fév - 18:15 (2010)    Sujet du message: Le pantin rouge Répondre en citant

Voilà... maintenant peut-être que je l'ai mal amené...

Moi j'ai entamé il y a 5 ans l'écriture d'une saga futuriste/héroïque. J'ai du recommencer 3 fois pour améliorer l'histoire, les persos et le style... Mais je compte bien dans les mois qui viennent à vraiment bosser dessus et arriver à finir car c'est une histoire qui me tient vraiment à coeur.

J'ai en moyenne deux grandes idées par moi et un début solide par mois. Donc oui le temps manque cruellement mais les idées non.

Je cherche dans mes documents deux trois poésies sympa et je les posterais
_________________

La fleur fille du poète, les mecs à cramer, les oiseaux qui gueulent chantent... le printemps est là.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:19 (2018)    Sujet du message: Le pantin rouge

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Cul de Chouette - Le Forum Libre Index du Forum -> Sloubi ! -> Vos écrits Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Hit hebdo - Annuaire gratuit avec multi-classement hebdomadaireClassement de sites - Inscrivez le vôtre!Forum Booster son trafic Forum sur liendur.be annuaire gratuit
Cliquez ici pour voter - Annuaire Automatique - Annuaire Categorille - Annuaire Andrimont - Annuaire ci-dessus - ensival belgique - Booster son trafic
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Forum réalisé par Clément
Traduction par : phpBB-fr.com